Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Dévaluation du franc CFA : des conflits sociaux en perspective

       Date: 2012-02-24

    Balise: dévaluation, franc, confits sociaux

Résumé: Pourquoi la dévaluation du franc CFA fait peur aux Africains. Même si elle n'a pas été annoncée officiellement, peu d'Africains doutent de la dévaluation imminente du franc CFA et de ses cons…

Pourquoi la dévaluation du franc CFA fait peur aux Africains. Même si elle n'a pas été annoncée officiellement, peu d'Africains doutent de la dévaluation imminente du franc CFA et de ses conséquences dramatiques.

Depuis quelque temps, de folles et persistantes rumeurs annoncent un passage turbulent pour le franc CFA. A compter de 2012, sa parité avec l’euro devrait changer. Certaines parlent d'une conversion de 1 euro pour 1.000 francs CFA. La perspective de la dévaluation du franc CFA inquiète déjà nombre de citoyens des pays ayant en commun cette monnaie: les anciennes colonies françaises d'Afrique. EIles sont les seules sur le continent à disposer encore d’une monnaie arrimée à une monnaie étrangère: le franc français hier et l’euro aujourd’hui.

Les monnaies indépendantes gagnantes
 
Les pays anglophones, lusophones et arabes, quant à eux, se sont évertués à asseoir leurs propres institutions et à battre leurs propres monnaies. Ce qui ne les empêche pas de faire leur petit bonhomme de chemin au plan économique, en toute indépendance vis-à-vis des anciennes puissances coloniales. Le Ghana  et le Nigeria, entre autres, utilisent ainsi respectivement le Cedis et le Naira. Ces monnaies autrefois trop fluctuantes ont fini par se stabiliser. C’était des monnaies faibles aux yeux des Africains francophones qui s’en moquaient par rapport au franc CFA artificiellement fort. Mais actuellement, elles sont les principales monnaies des grands échanges de l’Afrique de l’ouest. Elles pourraient même devenir des monnaies fortes si la perspective de la dévaluation se confirmait. Cependant que les pays francophones de l’espace CFA se contentent toujours, pour leur part, de leur parapluie monétaire français ou européen. C’est selon.
 
En dépit de la dévaluation brutale intervenue en 1994, les pays de la zone CFA n’ont pas cru devoir tirer des enseignements. Résultat: le traumatisme psychologique de cette époque resurgit et sème la panique partout. Seuls ceux qui ont la possibilité de placer leur argent en Europe ne s’en inquiète pas outre mesure. Bien au contraire. Mais ils ne sont pas légion.

 

2 Pages Courant:1 Première Précédent Suivant Dernière Aller à la Page


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print