Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Afrique: L'extrême pauvreté en net recul en Afrique, selon la Banque Mondiale

       Date: 2012-03-02

    Balise: extrême pauvreté, Afrique, Banque Mondiale

Résumé: Afrique: L'extrême pauvreté en net recul en Afrique, selon la Banque Mondiale

L'Afrique peut à bon droit se réjouir des résultats de l'enquête internationale menée par les équipes de la Banque mondiale. Cent trente pays ont été passés au crible en Afrique, en Asie, en Amérique latine, en Europe de l'Est.

Les chiffres les plus précis remontent à 2008. Cette année-là, estiment les économistes de la Banque mondiale, 1,29 milliard d'êtres humains vivaient sous ce qui est considéré comme le seuil d'extrême pauvreté, c'est-à-dire avec moins d'un dollar et vingt-cinq cents par jour*. Soit 700 millions de « pauvres » de moins qu'en 1981, date de l'étude précédente.

Atteindre les Objectifs du Millénaire

Les conclusions de l'étude sont d'autant plus impressionnantes qu'elles révèlent que, malgré les crises économiques à répétition des quatre dernières années, malgré la hausse des prix des denrées alimentaires et de ceux des produits pétroliers, la tendance à la baisse du nombre de gens vivant sous le seuil de pauvreté s'est maintenue.

Avec un résultat historique à portée de main : l'un des Objectifs de développement du Millénaire devraient être atteint avant 2015. Cet objectif était de réduire de moitié l'extrême pauvreté dans le monde par rapport à ses niveaux de 1990 en 2015.

Atteindre cet objectif ne peut bien sûr passer que par la réduction des seuils de pauvreté dans les régions où la misère est la chose la mieux partagée, en particulier en Afrique. C'est donc le cas.

La Banque mondiale chiffre à 47% de la population sub-saharienne le nombre d'Africaines et d'Africains qui vivent avec moins de un dollar et vingt-cinq cents par jour. En 1981, en pourcentage, c'était 51% de la population. La différence peut sembler mince mais il ne faut surtout pas oublier qu'entre-temps, la croissance démographique est passée par là. Il y a ainsi 40% de plus d'habitants sur le continent africain qu'en 1990.

Succès des stratégies de réduction de la pauvreté

Surtout, les rythmes de résorption de la pauvreté se sont accélérés. De 2005 à 2008, malgré la croissance démographique, répétons-le, il y a eu neuf millions d'Africains pauvres en moins. Cette évolution est bien sûr la conséquence de l'amélioration de la situation économique des pays africains. Depuis plusieurs années, nombre d'entre eux, surtout à l'est du continent, enregistrent des records de croissance de leur produit intérieur brut. Malgré les difficultés, les stratégies de réduction de la pauvreté ont donc fonctionné.

Le début de la route

Pourtant, il ne faut pas extrapoler de cette enquête de la Banque mondiale que l'Afrique est tirée d'affaire. Elle est simplement au début d'une route que la Chine avait empruntée il y a trente ans, celle du décollage économique.

L'Afrique souffre encore de nombreux maux, de nombreuses faiblesses. Ainsi, sa croissance est, pour une bonne part, encore tirée par les exportations de matières premières, qui créent relativement peu d'emplois locaux et peu de valeur ajoutée. Et si de plus en plus d'Africains vivent avec plus de un dollar vingt-cinq par jour, ils sont encore près de 400 millions à ne pas être dans ce cas.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print