Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Afrique du Sud: le ministre des Finances balaye les doutes sur l'économie

       Date: 2012-04-17

    Balise: ministre des Finances, doutes, économie

Résumé: Les trois principales agence de notation, Moody's en novembre, Fitch en janvier et Standard & Poor's en mars, ont tour à tour jugé que les perspectives économiques sud-africaines se dégradai…

Le gouvernement a promis la création de 5 millions d'emplois d'ici 2020, ce qui permettrait de faire baisser le taux de chômage à 15%. Mais la timide reprise de l'économie, à peine remise de sa récession de 2009, s'est compliquée avec la crise de la zone euro.

Rien ne justifie les inquiétudes des agences de notation concernant l'Afrique du Sud, a assuré lundi son ministre des Finances Pravin Gordhan, alors que celles-ci ont successivement dégradé les perspectives économiques de la première puissance économique du continent.

"Rien dans les chiffres ou les annonces politiques du gouvernement ne justifie les doutes émis par les agences de notation concernant la situation budgétaire de l'Afrique du Sud", a déclaré M. Gordhan, devant le club de la presse étrangère à Johannesburg.

Les trois principales agence de notation, Moody's en novembre, Fitch en janvier et Standard & Poor's en mars, ont tour à tour jugé que les perspectives économiques sud-africaines se dégradaient.

Pour Moody's, il y a un risque que les efforts pour maintenir les finances publiques sous contrôle se relâche sous la pression populaire et les luttes internes agitant le Congrès national africain (ANC) au pouvoir.
Pour les deux autres agences, l'Afrique du Sud ne crée pas assez d'emplois et ne parvient pas à dynamiser sa croissance (+3,1% en 2011).
Pays le plus riche du continent, l'Afrique du Sud connaît un chômage de 23,9%.

M. Gordhan a reconnu que le gouvernement était confronté à une pression de la population pour avoir à de meilleurs services publics.
Cela ne demande cependant pas forcément plus d'argent, mais un effort d'efficacité et de lutte conter la corruption.

"Il y a beaucoup de gens sous les verrous en ce momment mais il en faudrait davantage pour donner comme signal clair, que le bras de l'Etat chargé de faire respecter la loi peut et veut agir", a-t-il ajouté.
Le bilan en matière de lutte contre la corruption est l'un des grands points faibles des dix-huit ans de pouvoir de l'ANC.

Au classement international établi par l'ONG Transparency International en fonction du degré de perception de corruption, l'Afrique du Sud a régressé en dix ans et est passé de la 38ème place en 2001, à la 64ème place en 2011.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print