Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Le Maroc est le marché le plus mature au Maghreb selon Standard & Poor's

       Date: 2012-06-01

    Balise: Maroc marché, Standard Poor's

Résumé: Le Maroc est le marché "le plus mature" au Maghreb en matière d'assurance, avec un taux de pénétration de 2.8% et une prime moyenne par tête de 60,40 euros, affirme l'agence de notation interna…

Le Maroc est le marché "le plus mature" au Maghreb en matière d'assurance, avec un taux de pénétration de 2.8% et une prime moyenne par tête de 60,40 euros, affirme l'agence de notation internationale Standard and Poor's (S&P).

Dans sa dernière étude sur le potentiel de croissance du secteur de l'assurance au Maghreb, l'agence de notation international Standard and Poor's affirme que le marché marocain des assurances est le marché le plus mature au Maghreb.

L'agence indique que le volume des primes s'élevait en 2010 à 1,96 milliard d'euros (21,7 milliards de DH) au Maroc, contre 821 millions d'euros en Algérie et 550 millions d'euros en Tunisie.

“Le Maroc est le deuxième plus grand marché en Afrique, en plus de sa position de premier plan dans le monde arabe”, souligne-t-elle, notant que le secteur y a enregistré la plus forte pénétration d'assurance et de primes par habitant dans les pays du Maghreb (respectivement à 2,8% et 60,4 euros en 2010).

L'agence prévoit que les principaux moteurs de croissance du secteur dans le Royaume seront les assurances “vie” et de “biens”, compte tenu de l'environnement fiscal bénin pour la filière vie et l'introduction probable de l'obligation de la couverture des biens immobiliers.

S&P anticipe également une croissance découlant des risques industriels, étant donné que le gouvernement continue d'investir dans des projets de grandes infrastructures et que les industries exportatrices marocaines poursuivent leur développement.

Au cours des cinq dernières années, rappelle-t-elle, le marché a affiché une forte croissance de 10,7% en moyenne, en termes de primes.

Cette croissance a toutefois ralenti à un modeste 3,9% en 2010, reflétant une baisse des activités d'assurance vie en raison principalement de la baisse des ventes de produits d'épargne, due à la concurrence des produits bancaires.

Pour les prochaines années, l'agence s'attend à une croissance des primes à un taux élevé à un chiffre par an. Le contrat-programme, conclu entre l’État et la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance devrait, selon elle, alimenter la croissance en introduisant des lignes obligatoires.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print