Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Chine-Afrique : Des universitaires camerounais pour une coopération moins étatique et sans intermédiaires

       Date: 2012-06-29

    Balise: Chine-Afrique, Chine-Afrique , intermédiaires

Résumé: Une opération conjointe de l'ambassade de Chine et de l'Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) qui abrite en son sein un institut Confucius.

Une opération conjointe de l'ambassade de Chine et de l'Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) qui abrite en son sein un institut Confucius, le forum sur les "enjeux et perspectives de la coopération sino-africaine", comme celui tenu en décembre 2011 sur les "défis et opportunités" de cette coopération, s'est inscrit dans une dynamique de propositions pour une relation davantage mutuellement bénéfique entre l'Afrique et son partenaire chinois.

Dans un constat d'agitation d'acteurs non africains autour de cette relation qui d'ailleurs n'est pas perçue d'un bon oeil par ces derniers, le professeur Jean Emmanuel Pondi pense que "nous observons que beaucoup d'entre eux viennent en Chine précisément dans le but de parfaire leurs relations avec la Chine.

Il n'y a pas de raison de nous suggérer le contraire tout en posant le même geste pour eux".   "Il faut que les Africains aujourd'hui arrivent à déterminer quel est leur intérêt, parce que c'est la détermination de l'intérêt de l'Afrique (par elle-même, ndlr) qui doit dicter la conduite de l'action de l'Afrique et non la détermination de l'intérêt de l'Afrique par les autres", a argumenté l'universitaire à Xinhua.   Comme lui, Dr Nolla Noug reconnaît que le partenariat entre la Chine et l'Afrique constitue un important moyen pouvant permettre au continent noir de se positionner et de retrouver une place certaine sur l'échiquier international.

Mais pour cela, a cependant indiqué celui-ci, "il faut qu'il y ait au préalable cette volonté non pas en termes de déclarations, (plutôt) par les actes pour que les orientations de l'Afrique puissent être reconnues d'abord par les autres et acceptées comme telles".

Pour cet autre enseignant des relations internationales,la coopération sino-africaine nécessite aujourd'hui de dépasser son caractère traditionnel de coopération d'Etat à Etat pour intégrer une dimension décentralisée, c'est-à-dire axée vers des forces vives en Afrique qui, de leur action de terrain, contribuent à mettre au jour les attentes et les sollicitations de la population.

Tout en saluant la mise en place des initiatives telles le China Africa Business Forum, la rencontre des jeunes africains et chinois ou celle des "think tank", Nolla Noug suggère la création d'"un certain nombre de mécanismes supplémentaires qui vont permettre d'englober toutes les dimensions de cette coopération qui est riche et dynamique, qui est vitale aujourd'hui pour l'Afrique et aussi pour la Chine".

2 Pages Courant:1 Première Précédent Suivant Dernière Aller à la Page


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print