Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

L'investissement international vers l'Afrique est en baisse pour la 3ème année consécutive

       Date: 2012-07-07

    Balise: Afrique, investissement international

Résumé: La chute a été largement causée par une baisse de l'IED à destination de l'Afrique du Nord, particulièrement vers l'Egypte et la Libye où l'instabilité sociale et politique a freiné les inve…

Les investissements étrangers directs (IED) vers l'Afrique ont baissé en 2011 pour la 3ème année consécutive, se situant à 42,7 milliards de dollars, selon le " Rapport sur l'investissement dans le monde 2012" publié jeudi par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

La chute a été largement causée par une baisse de l'IED à destination de l'Afrique du Nord, particulièrement vers l'Egypte et la Libye où l'instabilité sociale et politique a freiné les investissements.

Une augmentation continue du prix des matières premières et un contexte économique relativement favorable en Afrique sub- saharienne figurent les facteurs ayant contribué à ce redressement.

Les cinq principaux pays de destination des IED vers l'Afrique en 2011 étaient pour la plupart des producteurs de pétrole au premier rang desquels figure le Nigéria suivi de l'Afrique du Sud, du Ghana, du Congo et de l'Algérie.

Les Sociétés transnationales (STN) originaires d'Afrique augmentent en taille et progressent en influence mais les investissements sortants du continent sont restés modestes en 2011.

Cette constatation est en partie imputable au fait que les sorties en provenance de deux investisseurs traditionnels vers l' étranger, l'Egypte et la Lybie, se sont réduits.

Les cinq premiers pays africains de sorties d'IED sont l'Angola, la Zambie, l'Egypte, l'Algérie et le Libéria.

D'après le Rapport, les perspectives de l'IED pour la région en 2012 sont prometteuses car la perception du continent par les investisseurs s'est améliorée.

En effet, une forte croissance de l'activité, des réformes en cours et des prix élevés des matières premières ont encouragé les investissements étrangers en Afrique.

Preuve de ce changement, le volume des transactions liées à des acquisitions de firmes africaines par des sociétés étrangères au cours des cinq premiers mois de 2012 a plus que doublé comparé à la même période en 2011.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print