Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Afrique La Guinée s'engage dans une logique de performance économique crédible

       Date: 2012-08-28

    Balise: Afrique, Afrique économique

Résumé: La conséquence directe de cette mesure est l’augmentation de la valeur ajoutée dans tous les secteurs, où on enregistre des taux de croissance notable. 4,5% pour les secteurs primaires et second…

Avec la reprise de l’activité économique rendue possible grâce à l’arrivé au commande du pays d’une nouvelle équipe gouvernementale.

Les efforts de reformes et la rigueurs dans la gestion de la manne financière et des ressources publiques ont permit de relancer le taux de croissance économique qui atteint le niveau de 5% en 2012, contre 4% en 2011 et 1,9% en 2010, indiquent les données de l’INS.

L’adoption d’une nouvelle politique budgétaire et monétaire, avec des normes de gestion rigoureuses et surtout l’assistance des Institutions financières internationales telles le Fonds monétaire internationale (FMI) et le Banque mondiale (BM), ont aidé l’Etat guinéen de réinstaurer un véritable mécanisme dont l’orientation serait de venir à bout des multiples défis qui s’imposent au gouvernement en termes de résultats concrets.

La conséquence directe de cette mesure est l’augmentation de la valeur ajoutée dans tous les secteurs, où on enregistre des taux de croissance notable. 4,5% pour les secteurs primaires et secondaires, 3,2% pour le secteur tertiaire.

Le ministre guinéen au Budget Mohamed Diarré a souligné lors d’une récente sorte médiatique que toutes les prévisions budgétaires relatives à la mobilisation des recettes publiques par les directions techniques fiscales de l’Etat ont été dépassées.

La coordination dans la mise en œuvre des politique macroéconomique a permit à toutes mes structures étatiques de s’impliquer activement pour produire des résultats à la hauteur des taches et à la hauteur des indicateurs de performances tous azimuts du gouvernement.

Pour M. Diarré, depuis la reprise du marché interbancaire en mars 2011, une somme de 189, 5 millions de dollars a été allouée par la Banque centrale aux banques primaires et bureaux de change du pays. Ceci, afin de pouvoir maitriser la masse monétaire en circulation dans le pays et procéder à des contrôles réguliers sur la spéculation monétaire.

En début 2012, la population guinéenne qui croit à un rythme de croissance de 3,1% par an, a été estimée à près de 11,3 millions de personnes, avec 52 % des femmes et 48 % d’hommes et 44 % d’individus âgés de moins de 15 ans.

Ce qui dénote d’une part, les défis énormes a révéler en matière de construction d’infrastructures éducatives, sanitaires, sociales etc., et d’autre part, un atout non négligeable pour le développement du pays, à population jeune, adapte à faire face aux nombreuses demandes en mains d’œuvres par l’Etat guinéen et par le secteur privé, de plus en plus intéressé par le marché guinéen.

Malgré les efforts opérés pour améliorer la vie des Guinéens, il reste encore assez de chose à faire pour permettre aux populations guinéenne de jouir des retombées de l’exploitation des ressources naturelles du pays et des mécanismes engagées dans la modernisations du secteur agricole et des facilitées avérées dans le climat des affaires et de l’investissement étranger dans le pays.

De nos jours, les données de l’institut national de statistique montrent que plus de 55% de la population guinéenne vit au dessous du seuil de pauvreté, soit un total d’individus estimé à plus de 6 millions de personnes.

Avec cette prédisposition et du point de vu de plusieurs analystes économiques, il serait difficile pour la Guinée d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement à l’horizon 2015.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print