Bonjour , Bienvenue sur TOAFRICA.NET.
Centre des Membres Connexion Inscription Gratuite

Les facteurs clés de succès des technopoles en Afrique

       Date: 2012-09-22

    Balise: Afrique succès facteurs, Afrique technopoles

Résumé: Les pays émergents ont encore du chemin à parcourir pour aller vers une « technopolisation » bien maîtrisée. Trop de technopoles tuant la technopole, il ne s'agit pas de construire de tels pô…

Les pays émergents ont encore du chemin à parcourir pour aller vers une « technopolisation » bien maîtrisée. Trop de technopoles tuant la technopole, il ne s’agit pas de construire de tels pôles à tout va mais bien d’utiliser ce moyen de façon efficace dans le but de dynamiser le territoire.

Pour utiliser l'innovation numérique comme levier pour accroître la compétitivité, la croissance et la qualité de vie à travers la mise en place de technopoles, il sera utile de suivre scrupuleusement quelques étapes (non détaillées dans le présent article).

A l’aune de toutes les expériences passées de mise en place de technopoles, 5 principaux facteurs clés de succès pour réussir l’installation d’une telle structure dans un pays peuvent être retenus.

Facteur n°1 : s’assurer de l’implication des acteurs clés

Pour créer les conditions qui permettront à la fois d’attirer les investissements, de créer de l’emploi et de stimuler les innovations, la technopole doit être soutenue à la fois par les acteurs publics (Etat, équivalent local d’une Caisse des Dépôts, universités…) et privés (entreprises, banques, fédérations professionnelles…).

Dans tous les modèles observés, l’Etat joue généralement un rôle clé dans la mise à disposition du foncier, le financement des infrastructures et de l’innovation (incitations fiscales, subventions). Les Caisses des Dépôts sont également amenées à jouer un rôle majeur, dans le financement, voire le développement et l’animation des technopoles.

La mobilisation des entreprises privées nationales constitue un levier clé pour le développement des entreprises de la pépinière. Enfin, les partenariats avec des universités locales permettent de constituer des parcours de formation professionnalisants cohérents avec les cursus universitaires.

Facteur n°2 : disposer d’un modèle opérationnel performant et d’une gouvernance efficace

En matière de gouvernance, la pérennité de la technopole repose sur une autonomie de gestion et une autonomie financière qui lui permettent de ne pas dépendre de subventions, de dynamiser la recherche de clients entreprises et pour des partenariats avec des entreprises externes.

La gestion est souvent assurée par la mise en place d’une association comprenant tous les différents acteurs. Le modèle de gestion doit être performant pour accompagner la montée en puissance du site à travers les années et atteindre les objectifs annuels de taux de remplissage.

Il est utile, dans ce cas, de pouvoir compter sur une professionnalisation des gestionnaires des sites. L’équipe de gouvernance devra accorder une attention particulière à la sélection des entreprises occupantes, aux initiatives de promotion et mise en réseau, ainsi qu’aux politiques de communication.

Facteur n°3 : définir une vision commune ancrée dans les objectifs stratégiques du pays

Les offres des technopoles doivent être adaptées aux besoins du pays et aux politiques économiques ; les activités accueillies doivent ainsi être alignées avec les secteurs considérés comme stratégiques à l’échelle nationale.

Pour contribuer durablement à la création d’emplois dans le pays, la technopole doit s’inscrire dans le cadre d’une politique d’innovation nationale définissant les secteurs prioritaires (industrie, énergie, agroalimentaire, services, etc.) en matière d’innovation, sur le long terme, et les moyens associés. 

Facteur n°4 : définir le modèle de financement ad hoc

Le modèle de financement et d’exploitation de la technopole doit être construit en y associant plusieurs partenaires publics et privés.

Une orientation vers un modèle où la prise des risques serait principalement assurée par l’Etat, le financement par des partenaires techniques et financiers (et éventuellement privés) dans le cadre d’un partenariat public-privé notamment, et l’exploitation par une société privée, est à privilégier.

Facteur n°5 : rendre l’offre de la technopole attractive vis à vis de l’international

Il s’agit de faire le marketing de l’offre en matière de prestations offertes aux entreprises (centres de conférences, bibliothèque, salles de réunions, helpdesk…) et de rendre visible à l’international les services différenciants.

Il sera indispensable de mener une véritable campagne de séduction envers les entreprises nationales et multinationales qui peuvent choisir leur lieu d’implantation selon les avantages logistiques et administratifs offerts par les différents pays d’une même région.

Enfin, l’attractivité sera d’autant plus grande qu’un cadre réglementaire incitatif sera mis en place en matière d’investissements pour faciliter le financement des jeunes entreprises innovantes, et en matière de fiscalité. Par ailleurs, des partenariats internationaux ont tout intérêt à être réalisés avec d’autres entités, entreprises et pôles universitaires, de manière à créer des relations bilatérales productives.


Ajouter un article

Guidage de Service
Facebook Twitter LinkedIn Digg Sina Weibo RSS Feed SiteMap XML Print